Blühendes Barock Ludwigsburg FR > Le jardin des contes > Conte de fées version courte > Petite-table-sois-mise (Tischlein deck dich)

Petite-table-sois-mise

Petite-table-sois-mise - Je suis repue, je n'en peux plus. Mêê ! Mêê!

Un tailleur vivait avec ses trois fils et sa chèvre. Pour que la chèvre les nourrissent tous de son lait, il fallait l'emmener paître chaque jour et lui proposer la meilleure herbe qui soit. Un soir que le fils lui demandait si elle avait assez mangé, la chèvre répondit : « Je suis repue, je n'en peux plus. Mêê ! Mêê ! » Rentrée à la maison, la chèvre bêla pourtant : « Comment pourrais-je être repue ? J'ai sauté sur des tombes et je n'ai pas trouvé un seul brin d'herbe. Mêê ! Mêê ! » Le père se laissa duper par la bête et chassa son fils aîné de la maison. Les jours suivants, les autres frères subirent le même sort.

Le matin qui suivit, le père emmena lui-même sa chèvre au pré. « Ma chèvre, es-tu repue ? », lui demanda-t-il le soir venu. Et la chèvre de répondre : « Je suis repue, je n'en peux plus. Mêê ! Mêê ! » Mais à peine l'avait-il attachée dans l'enclos qu'elle bêla : « Comment pourrais-je être repue ? J'ai sauté sur des tombes et je n'ai pas trouvé un seul brin d'herbe. Mêê ! Mêê ! » Le père comprit alors qu'il avait été injuste envers ses fils. Pour punir l'animal, il lui rasa la tête et la chassa à son tour.

Entre-temps, le fils aîné s'était fait apprenti menuisier. À la fin de son apprentissage, son maître lui offrit une petite table qui semblait tout à fait ordinaire. Pourtant, lorsqu'on disait : « Petite-table-sois-mise », elle se garnissait soudain des meilleurs plats. Ainsi, le jeune homme avait toujours suffisamment à manger. Un soir qu'il était dans une auberge, il fit la démonstration des pouvoirs de sa table et invita tous les hôtes à dîner. Dès qu'un plat était vide, il était remplacé comme par enchantement par un plat plein. L'aubergiste se mit à convoiter la petite table et la remplaça, à la faveur de la nuit, par une table ordinaire trouvée dans le grenier. Le lendemain, ne se doutant de rien, le fils reprit sa route et rentra chez son père.

Le père fut ravi de le retrouver et lui demanda ce qu'il avait ramené de son voyage. « Cette table » dit-il. Le père se montra peu impressionné, mais lorsqu'il eut entendu de quoi la table était capable, il invita tous les membres de la famille à diner. Le fils posa la table au centre de l'assemblée et dit : « Petite-table-sois-mise », mais il ne se passa rien et la table resta vide. Le menuisier compris alors qu'il avait été berné.