L'histoire du parc du château de Ludwigsbourg

Le château de Ludwigsbourg, construit sous Eberhard-Louis de Wurtemberg en 1704, fut pourvu au nord et au sud de vastes jardins modifiés et élargis par la suite dans le cadre de l'agrandissement du château. Le jardin Nord de style italien, qui s'étendait uniquement sur les deux terrasses supérieures, fut alors remplacé par des espaces inspirés de l'art des jardins franco-flamand.

À partir de 1750, Charles-Eugène donnait forme à ses propres idées au sein du jardin Sud : les différentes parties du jardin auparavant séparées par des murets, à savoir les parterres, l'orangerie et la zone de bosquets, furent réorganisées et les axes prolongés. Le jardin Sud fut agrandi au-delà de la rue de Schondorf avec des allées fournissant de larges repères, créant ainsi un nouvel ordre urbain.

Vers 1770, le jardin Sud fut détruit et de larges prairies furent mises en bail. Charles-Eugène avait porté son attention sur d'autres projets.

C'est seulement à partir de 1797 que le duc Frédéric II (couronné roi en 1806) mit à nouveau en valeur le parc longtemps négligé. Tout en conservant les structures données par les allées, on aménagea dans le jardin Sud, sans doute selon des plans conçus par Frédéric II lui-même, un large bassin de forme ovale relié au château par un canal. Il était entouré par quatre grandes surfaces, chacune pourvue en son centre d'un vase d'Isopi. Sur les côtés et devant le château, les jardins furent également aménagés selon le goût de l'époque. Le jardin Est, offrant une touche poétique dans le style paysager typique de l'époque, fut aménagé sur une ancienne carrière.

Après le règne du roi Frédéric, Ludwigsbourg perdit de son importance. Sous Guillaume Ier, qui était arrivé au pouvoir dans une période de grande disette, le jardin fut ouvert au peuple en 1828. Il fit planter des arbres fruitiers dans le parterre sud, combla le canal et réduisit l'entretien à un niveau minimum. Lui-même résidait dans le château de Rosenstein, qu'il avait récemment fait construire.