Les souliers rouges

Les souliers rouges - La petite fille qui dansait par monts et par vaux

Il était une fois une petite fille qui répondait au nom de Karen. Quand sa mère mourut, elle fut recueillie par une vieille dame. Le jour de sa confirmation approcha. Karen découvrit chez le cordonnier une paire de magnifiques souliers rouges. Ils lui plaisaient tellement qu'elle les essaya aussitôt. Les souliers la chaussaient parfaitement et elle ne put s'empêcher de les acheter. Comme la vieille dame était quasiment aveugle, elle ne vit pas qu'ils étaient rouges.

Pourtant après la messe, comme un voisin lui avait raconté que Karen était venue à l'église en souliers rouges, la vieille lui ordonna de ne plus porter désormais que des souliers noirs. Mais la semaine suivante, Karen retourna à la sainte table avec ses souliers rouges. À la porte de l'église se tenait un vieux soldat. Il se pencha vers Karen : « Voilà de beaux souliers de bal ! Prenez garde quand vous danserez », dit-il en appliquant un bon coup de paume sur la semelle. Karen fit quelques pas de danse. Quand elle voulut s'arrêter, ses jambes continuèrent à danser malgré elle jusqu'à ce qu'on lui eût ôté ses souliers.

À quelque temps de là, la vieille se trouva malade et il fallut la soigner. Karen était invitée à un grand bal donné en ville et ne pouvait se résoudre à y renoncer. Mais à peine avait-elle enfilé ses souliers rouges qu'ils l'entraînèrent en dansant vers la gauche. Au lieu d'entrer dans la salle de bal, les souliers dévalèrent les escaliers, traversèrent la cour et emportèrent Karen dans la forêt. Alors qu'elle passait devant l'église en dansant, Karen aperçut un ange en longs vêtements blancs, dont les ailes descendaient jusqu'à terre. « Allons, danse, danse jusqu'à la fin des temps », lui dit l'ange. Et Karen continua à danser comme si ses souliers ne faisaient plus qu'un avec ses pieds. Elle dansait à travers les forêts, par les monts et par les vallées, par beau temps comme sous la pluie battante.

Alors qu'elle était complètement épuisée, elle s'écria : « De grâce, ayez pitié de moi. J'ai si mal agi ! » L'ange apparut alors devant elle. « Tu es pardonnée, » dit-il. Les souliers rouges cessèrent de danser et Karen put enfin les ôter. Elle retourna bien vite chez la vieille dame. Ses souliers, eux, dansent encore aujourd'hui.