Blühendes Barock Ludwigsburg FR > Le jardin des contes > Conte de fées version courte > Le vaillant petit tailleur (Das tapfere Schneiderlein)

Le vaillant petit tailleur

Le vaillant petit tailleur - Sept d'un coup

Assis à sa fenêtre, un tailleur piquait l'aiguille. Des mouches furent alors attirées par une tartine de confiture qu'il avait posée à côté de lui. Sept mouches s'ébattirent bientôt sur la tartine. Le tailleur frappa avec un torchon et tua les sept d'un coup. Très fier de son exploit, il se tailla une ceinture sur laquelle il broda : « Sept d'un coup ». Puis, il s'en alla courir le monde pour annoncer la bonne nouvelle. Dans sa poche, il mit un vieux morceau de fromage et un petit oiseau.

Arrivé dans la forêt, il rencontra un géant qui le mit à l'épreuve. Le géant prit une pierre dans sa main et la serra si fort qu'il en coula de l'eau. Le tailleur sortit de sa poche le morceau de fromage et le pressa tellement qu'il en coula du jus. Le géant lança alors une pierre si loin et si haut qu'elle disparut presque dans le ciel avant de retomber. « Bien lancé, » dit le petit tailleur, « mais ta pierre est retombée par terre. La mienne ne reviendra pas. » Il saisit le petit oiseau et le lança dans le ciel. Alors l'oiseau s'envola pour ne plus jamais revenir. Le géant demanda ensuite au petit tailleur de l'aider à porter un grand arbre. Le tailleur accepta et dit : « Porte le tronc sur tes épaules. Moi je porterai les branches, c'est le plus lourd. » Le géant attrapa le tronc. Derrière son dos, le tailleur se laissa porter, assis sur une branche. Lorsque le géant reposa le tronc, le tailleur sauta de sa branche, simulant de l'avoir portée. Le géant prit peur et s'enfuit en courant.

Fatigué par sa longue marche, le tailleur s'endormit aux abords d'un palais royal. Des gens de la cour lurent sur sa ceinture l'inscription « Sept d'un coup » et allèrent avertir le roi. Le roi promit au tailleur son royaume et sa fille s'il parvenait à remplir les trois tâches suivantes : tuer deux mauvais géants, capturer une licorne et libérer les paysans d'un sanglier qui dévastait leurs champs. Le valeureux petit tailleur monta si bien les deux géants l'un contre l'autre, que finalement ils s'entretuèrent. Il attira ensuite la licorne vers lui et courut se cacher derrière un arbre. La licorne enfonça sa corne si profondément dans le tronc qu'elle ne put s'en dégager. Enfin, il réussit à faire entrer le sanglier dans une chapelle et ferma la porte derrière lui. En récompense, le roi lui donna la main de sa fille et son royaume.