Le roi grenouille

Le roi grenouille - Une jeune princesse, une boule d'or et un fidèle serviteur

La fille cadette d'un roi aimait à jouer près d'un puits à la lisière d'une forêt. Elle s'amusait avec une boule d'or qu'elle lançait en l'air et rattrapait dans ses mains. Or un jour, la boule d'or tomba dans le puits. Elle pleura toutes les larmes de son corps et vit bientôt une horrible grenouille qui lui disait : « Je te ramènerai ta boule d'or, si tu promets de m'emmener avec toi au château, de jouer avec moi et de vivre avec moi. » La princesse lui donna sa parole et la grenouille sauta dans le puits. Elle remonta bientôt et jeta dans l'herbe la boule d'or. Pleine d'allégresse, la jeune fille s'en saisit et rentra en courant au château. Elle avait déjà oublié la grenouille.

Le lendemain, alors que le roi était assis avec toute la cour dans la salle à manger, on entendit la grenouille, plitsch, platsch, monter les escaliers en marbre et gémir : « Fille cadette du roi, ouvre-moi ! » Quand il apprit ce qui s'était passé, le roi réprimanda sa fille : « Ce que tu as promis, tu dois le tenir. » C'est ainsi que la grenouille put s'asseoir à la table de la jeune fille, manger dans son assiette en or et dormir dans sa chambre. Quand la grenouille insista pour partager son lit de soie, la jeune fille en colère attrapa la grenouille et la lança contre un mur. La grenouille disparut alors, faisant place à un beau prince. Il lui raconta comment il avait été ensorcelé par une sorcière.

Après que le mariage eut été célébré en grandes pompes, le fils du roi voulut rentrer dans son royaume avec son épouse. Le lendemain, un carrosse attelé de huit chevaux blancs aux harnais d'or arriva devant le château. La princesse monta dans le carrosse. À l'arrière se tenait Henri, le fidèle serviteur du prince. Il avait eu tant de chagrin de voir son seigneur transformé en grenouille qu'il s'était fait bander la poitrine de cercles de fer pour éviter que son cœur n'éclate de douleur. D'autant plus grande fut sa joie lorsque son maître fut libéré de son sort. En entendant des craquements derrière lui, le fils du roi s'écria : « Henri, est-ce le carrosse qui vole en éclats ! » Mais son serviteur répondit : « Eh non, Seigneur, ce n'est pas la voiture, Mais de mon cœur les ceintures ! » Et ils vécurent heureux jusqu'à la fin de leurs jours.