La petite Poucette

La petite Poucette - Les grandes aventures d'une toute petite fille

Il était une fois une femme qui se désespérait d'avoir un enfant. Elle finit par faire appel à une sorcière. La sorcière lui remit un grain d'orge magique et lui dit : « Dépose-le dans un pot de fleur ! » La femme obéit et vit pousser une magnifique fleur qui ressemblait à une tulipe. Lorsque ses pétales s'ouvrirent, une toute petite fille était assise à l'extrémité du style vert. Comme elle n'était pas plus haute qu'un pouce, on l'appela Poucette. Son berceau était une coquille de noix, son matelas des pétales de violette et sa couverture une feuille de rose.

Une nuit, un gros crapaud entra par la fenêtre. En voyant Poucette endormie dans sa coquille de noix, il pensa : « Voilà qui fera une jolie petite femme pour mon fils. ». Le crapaud saisit la coquille et partit en sautillant vers les bords marécageux du fleuve où il vivait avec son fils. Hu, son fils, était aussi laid que son père et ne savait rien dire d'autre que : « Coââ-coââ, brékékékex ». Le crapaud déposa la petite Poucette sur une feuille de nénuphar et alla préparer la chambre des futurs époux tout au fond de la vase. Lorsque Poucette s'éveilla et comprit où elle se trouvait, elle pleura toutes les larmes de son corps. Le crapaud revint bientôt accompagné de son horrible fils et lui annonça : « Voici mon fils, il sera ton mari. Vous aurez une belle chambre au fond de la vase ». Les deux crapauds s'emparèrent de la coquille de noix pour l'installer dans la maison souterraine. En l'entendant pleurer de plus belle, les petits poissons qui nageaient sous la feuille de nénuphar, et qui avaient tout entendu, furent prit de pitié pour la petite Poucette. Ils mordillèrent la tige qui retenait le nénuphar jusqu'à ce qu'il se détache et descende le courant, en emportant la petite Poucette.

Un papillon blanc se chargea de tirer la feuille pendant quelques temps. Un gros hanneton vint alors se poser près de la petite Poucette. Il la trouva si charmante qu'il s'en saisit et s'envola vers un arbre en la serrant entre ses pattes. Pour la nourrir, il lui donnait du pollen de fleurs. Les autres hannetons qui vivaient dans l'arbre trouvèrent Poucette bien laide, car elle n'avait pas d'antennes, deux pattes seulement et une taille bien trop fine. Convaincu, le hanneton la laissa partir.

 

Les aventures de Poucette avec une souris, une taupe et une hirondelle

Poucette passa l'été seule dans la forêt. Elle se tressa un lit de brins d'herbes, qu'elle accrocha sous une feuille de trèfle pour mieux se protéger de la pluie. Elle buvait la rosée qui se déposait sur les feuilles et se nourrissait de pollen. Mais l'hiver arriva. Les oiseaux partirent pour des pays plus chauds. Les fleurs et sa feuille de trèfle fanèrent. La pauvre Poucette avait terriblement froid. Elle traversa un grand champ de blé couvert de chaume dur et sec avant d'arriver devant la porte de la souris des champs. Elle frappa et, comme elle avait très faim, elle demanda un petit morceau de grain d'orge. La souris l'invita à passer l'hiver bien au chaud dans son humble demeure. En échange, Poucette devrait faire son ménage et lui conter des histoires pendant les longues soirées d'hiver.

 

Une fois par semaine, un voisin, la taupe, leur rendait visite. Il s'éprit de la petite Poucette et l'autorisa à se promener avec la souris dans le tunnel qu'il avait construit entre leurs deux maisons. Une hirondelle morte y gisait. À sa vue, la petite Poucette fut prise d'une grande pitié et fabriqua un tapis de paille pour en recouvrir l'oiseau. Elle vit alors que l'hirondelle n'était pas morte, mais transie de froid. Poucette la soigna tant et si bien qu'au printemps, l'hirondelle s'envola en chantant « Quivit, quivit ».

À la fin de l'été, la taupe demanda à la petite Poucette de l'épouser et de vivre pour toujours sous la terre avec elle. Épouvantée, Poucette accepta l'aide de l'hirondelle et s'enfuit sur son dos vers les pays chauds. L'hirondelle déposa Poucette sur le large pétale d'une belle fleur blanche qui devait lui servir de maison. En visitant l'intérieur de sa nouvelle demeure, Poucette découvrit un petit homme paré d'ailes transparentes et d'une couronne en or. C'était le roi des fleurs. Elle le trouva fort beau et accepta de l'épouser. Et c'est ainsi que Poucette devint la reine des fleurs. Pour cadeau de mariage, le roi des fleurs lui offrit une paire d'ailes et un nouveau nom : Maja. L'hirondelle les quitta en chantant « Quivit, quivit » et s'envola dans le ciel. Poucette et son mari vécurent longtemps heureux, volant de fleur en fleur.