Blühendes Barock Ludwigsburg FR > Le jardin des contes > Conte de fées version courte > Aladin ou la lampe merveilleuse (1001 Nacht - Aladin und die Wunderlampe)

Aladin ou la lampe merveilleuse

Les Mille et Une Nuits - Aladin ou la lampe merveilleuse - Un magicien, un trésor et un bon génie

Les contes des Mille et Une Nuits sont des contes populaires en langue arabe datant environ de 900 ap. JC. La belle Shéhérazade aurait raconté au calife de Bagdad ces histoires fascinantes au cours de 1001 nuits avant de conquérir le cœur de son maître.

Aladin était fils d'un pauvre tailleur. À la mort de son père, il reçut la visite d'un magicien maure. Celui-ci l'emmena dans les montagnes et prononça tant de paroles magiques que la terre finit pas s'ouvrir, découvrant un long escalier menant vers le bas. Le magicien passa au doigt d'Aladin une bague censée le protéger contre le mauvais sort et lui dit : « Cet escalier te mènera vers un trésor. Tu y trouveras une lampe à huile. Ramène-la. » Aladin descendit les marches et arriva dans une pièce emplie d'or et d'argent. Il ne toucha à rien avant d'avoir trouvé la lampe convoitée par le magicien. Sur le chemin du retour, il traversa un jardin avec des arbres dont les fruits étaient des perles, des diamants, des rubis et autres pierres précieuses. Aladin cueillit des joyaux de chaque couleur et en remplit ses poches.

Le magicien l'attendait à l'entrée de la grotte. Les poches lourdes de tous ces trésors, Aladin ne parvint pas à monter les dernières marches plus escarpées de l'escalier. « Donne-moi d'abord la lampe, et je t'aiderai à sortir de là », lui dit le magicien. Malgré ses efforts, Aladin n'y parvenait pas. Perdant patience, le magicien referma l'entrée de la grotte, laissant Aladin seul dans l'obscurité. Pendant deux jours, Aladin erra sans trouver aucun moyen de s'échapper. Épuisé, il se souvint soudain de l'anneau que le magicien lui avait donné et le fit tourner autour de son doigt. Un bon génie sortit de la lampe et fit sortir Aladin de la grotte. Quand il arriva chez lui, sa mère voulut lui servir à manger, mais elle n'avait plus de pain. Aladin lui proposa de vendre la lampe. Pour la nettoyer, la mère d'Aladin la frotta avec un torchon. Le bon génie apparut à nouveau et dit : « Je suis ton esclave et je suis prêt à t'obéir. »

« Apporte-nous à manger », ordonna Aladin. La table se chargea bientôt de plats en argent remplis de mets délicieux. Depuis ce jour, Aladin et sa mère ne connurent plus jamais la misère. Le génie de la lampe leur assura abondance et richesse. Par gratitude, Aladin prit soin des pauvres de la ville.